Ce désagrément est fréquemment rencontré par les femmes enceintes : Près de 4 femmes sur 10 connaissent des épisodes de fuites urinaires pendant leur grossesse, et 50% juste après leur accouchement. L’un des éléments majeurs pour expliquer l’incontinence de la femme est lié à sa vie hormonale. La grossesse est donc l'une des étapes à risque dans la vie d’une femme lorsque l’on parle de fuites urinaires. Heureusement des méthodes existent pour lutter contre l’hyperactivité vésicale et prévenir l’incontinence urinaire pendant et après la grossesse. Les fuites urinaires ne doivent pas vous empêcher de rester concentrée sur vous et votre bébé.

Pourquoi souffre-t-on de fuites urinaires pendant et après la grossesse ?

Lorsque l’on est enceinte et après l’accouchement les changements physiques et hormonaux perturbent l’équilibre de la zone périanale de différentes façons. Ils varient selon la forme physique des femmes et le déroulement de leur grossesse.

Grossesse et fuites urinaires

Les troubles urinaires sont fréquents pendant la grossesse. Dès la fin du premier trimestre, on risque d’aller plus souvent aux toilettes et les envies d’uriner deviennent plus pressantes. Une femme enceinte sur 5 est alors concernée par l’incontinence à l’effort, c’est-à-dire la perte d’urine survenant lors d’une augmentation de la pression abdominale (éternuement, toux, rire, activité physique…). Plus la grossesse avance, plus les troubles urinaires sont fréquents. Au cours du dernier trimestre, près d’une femme sur deux est concernée par l’incontinence urinaire d’effort.

Pourquoi la grossesse est-elle liée à l’incontinence urinaire ? C’est une question d’hormones. Lorsqu’une femme est enceinte, les modifications hormonales vont conduire à un relâchement des ligaments qui soutiennent l’utérus et à une modification de la courbure lombaire. De plus, le périnée subit une pression plus forte liée à l’augmentation de la taille et du poids de l’utérus, poids auquel s’ajoute celui du liquide amniotique et, bien sûr, du bébé. C’est un peu comme si la vessie se rétrécissait sous cette pression.

Accouchement et incontinence urinaire

L’accouchement peut également être responsable d’incontinence urinaire à l’effort. Plus il a été difficile (utilisation de forceps, longue durée d’expulsion…), plus le périnée et l’appareil urinaire ont été sollicités. Le plancher pelvien perd son tonus. Les muscles de la zone périanale sont moins toniques et ils n’assurent plus leur fonction de retenue des urines. La femme qui vient d’accoucher connaît également une chute hormonale qui contribue à affaiblir son périnée.

C’est pourquoi on propose en général un mois après l’accouchement un programme de rééducation périnéale. Il s’agit de redonner du tonus au périnée en renforçant les muscles autour du vagin et de l’anus par des exercices spécifiques. Le renforcement des muscles pelviens en cas d’incontinence urinaire est bénéfique. Les séances sont prescrites par le médecin et sont pratiquées avec la sage-femme ou un kinésithérapeute spécialisé.

Les facteurs de risque : L’incontinence urinaire pendant et après la grossesse peut résulter de plusieurs causes :

  • Une prise de poids importante,
  • Une première grossesse,
  • Le tabagisme,
  • Une pratique intensive d’un sport avant la grossesse
  • Une épisiotomie…

 Il existe néanmoins des solutions efficaces pour éviter ces désagréments.

Quelles sont les solutions contre les fuites urinaires dues à la grossesse ?

Quelques conseils à appliquer pendant la grossesse

- Eviter de faire trop d’efforts (faire du sport, porter des charges lourdes...)

- Traiter les épisodes de toux

- Traiter la constipation

- Eviter les boissons qui vont exciter le muscle de la vessie : café, thé, boissons gazeuses…

- Consulter un médecin en cas d’infections urinaires (cystites)

La rééducation du périnée peut prévenir ou corriger les fuites urinaires. Elle permet de conserver les muscles toniques et de maintenir fermement les organes. Elle se pratique avant et après l’accouchement.  

Rééducation du périnée prénatale préventive

Avant l’accouchement votre praticien peut vous conseiller de la rééducation périnéale. Il s’agit le plus souvent d’exercices avec un objectif de contractions périnéales quotidiennes. Les résultats s’améliorent avec une pratique intensive et un suivi rigoureux. Ces exercices effectués lors de votre grossesse permettent de diminuer considérablement le risque d’incontinence pendant cette période, mais également après l’accouchement.

Rééducation périnéale post-partum

La rééducation du périnée post-partum débute en général de deux à quatre mois après l’accouchement. Il existe différentes manières de rééduquer son périnée pour éviter les fuites urinaires. Qu’elle s’effectue sur peu de temps ou à plus long terme, la rééducation se fait impérativement sous la supervision de professionnels de santé.

Voici trois façons de rééduquer le périnée en le remusclant :

  • Le biofeedback : Avec une sonde vaginale, on matérialise la contraction et le relâchement par un signal sonore ou visuel. Cela permet de prendre conscience des mouvements de son périnée pendant les exercices.
  • L’électrostimulation : Grâce à une sonde vaginale envoyant des stimuli électriques, on contracte les muscles du périnée.
  • La rééducation manuelle : Il s’agit d’une rééducation par une résistance aux doigts du thérapeute introduits dans le vagin. Les muscles du périnée doivent se contracter en tenant compte des consignes du praticien.

En fonction des besoins et du diagnostic du professionnel de santé, chaque maman ou future maman trouvera la méthode qui lui convient.

Enfin, pour pallier les désagréments causés par une hyperactivité vésicale, vous pouvez être tentée d’acheter les mêmes protections que pour vos règles. Privilégiez des protections adaptées et prévues pour les fuites urinaires. Pour votre confort, nos protections urinaires existent en slips absorbants, protège-slips ou serviettes.

En conclusion, sachez que si vous avez des fuites urinaires, quelles que soient les circonstances (grossesse, accouchement...), il ne faut pas hésiter à en parler avec votre médecin. Des solutions existent pour traiter l’incontinence.

 

Sources bibliographiques:

  • Ipsos 2013, Euromonitor 2015
  • « L’incontinence urinaire en questions » du Pr François Haab, Pr Gérard Aramenco, Alain Bourcier. DaTeBe Editions, 2004.
  • Association française d’urologie. Dossier de presse : Périnée, mode d’emploi, avril 2013.
Aoki Y et al. Urinary incontinence in women. Nat Rev Dis Primers. 2017 ; 3 : 17097
Paramètres des cookies