Prenons ici l’exemple d’une journée type d’une femme qui souffre d’incontinence mixte, avec nos conseils pour bien gérer ses fuites urinaires. Et si c’était vous ?

Le matin, un petit déjeuner qui donne de l’énergie

Le réveil sonne, il est 7H. Vous vous levez, bien décidée à ne pas laisser vos fuites urinaires gâcher cette belle journée. Après la douche, direction la cuisine pour un petit-déjeuner vitaminé. Sur la table, pas de café ni de jus d’orange, mais plutôt un jus mixte pomme-poire, rafraîchissant sans être irritant pour la vessie. Vous optez également pour un bol de lait avec des céréales : les fibres permettent de prévenir la constipation, qui favorise les fuites urinaires. Avant de vous habiller, vous aller choisir une protection adaptée discrète et parfaitement adaptée pour cette journée où vous allez pouvoir vivre à votre rythme et mieux gérer vos troubles urinaires.

Au bureau, protégée et confiante

les serviettes que vous utilisez, vous êtes protégée en toute discrétion : elles ne se voient pas et les éventuelles odeurs sont absorbées et neutralisées. Vos collègues ne savent pas que vous avez quelques fuites urinaires. La matinée se passe très bien, le fait d’être protégée vous permet de ne pas stresser : les fuites sont oubliées !

La pause déjeuner : le menu « anti-fuites »

Ce midi, C’est la pause déjeuner. Vous avez en tête les aliments à éviter, comme les tomates, les fruits acides ou les plats épicés . Pourquoi pas une salade de légumes frais en entrée, un poisson et du riz en plat et pour le dessert, si possible évitez le chocolat, excitant pour la vessie, mais prenez plutôt une crème brûlée ! Pour vous désaltérer, on vous conseille d’éviter les boissons gazeuses, une eau plate sera parfaite. Avant de quitter le restaurant, vous pouvez allez aux toilettes. De manière générale, essayer d’y aller toutes les 4 heures. Le fait d’y aller à des intervalles réguliers vous permet de mieux maîtriser votre vessie.

Un après-midi plein d’activités !

Dans l’après-midi, entre deux rendez-vous, octroyez-vous une pause pour fortifier votre périnée : assise sur votre chaise, vous contractez vos muscles, comme si vous vous reteniez d’uriner. Vous faites une série de 12 contractions de 5 à 10 secondes, espacées de 10 secondes chacune. Idéalement, vous pouvez répéter ces exercices en général 3 à 5 fois par jour, au bureau, à la maison et même dans les transports. C’est simple à effectuer, discret – vous pouvez le faire en travaillant ou même en discutant – et vous avez remarqué les bénéfices depuis quelques semaines : vous avez moins de perte d’urine quand vous faites un effort physique.

Le soir, place au sport

Ce soir-là, justement, vous allez faire du sport. Depuis que vous avez entrepris de consulter un médecin pour prendre en charge votre incontinence urinaire, vous avez discuté ensemble des activités sportives les plus adaptées. Vous avez décidé de vous lancer dans une nouvelle activité : le tennis. Avec une amie, vous allez vous défouler sur le court tous les mercredis soir cela vous fait un bien fou ! En plus, ce n’est pas une activité trop traumatisante pour le périnée, comme peuvent l’être par exemple les arts martiaux, le basket ou l’athlétisme. Dans les vestiaires, vous en profitez pour utiliser une protection adaptée à la pratique du sport. Ces produits sont spécifiquement conçus pour s’ajuster à votre corps et suivre vos mouvements pour une activité en toute confiance et sans fuites visibles !

En fin de journée, vous rentrez chez vous, votre compagnon, est au courant de vos fuites urinaires. Vous avez préféré lui en parler, pour éviter une éventuelle gêne au quotidien ou lors de vos rapports sexuels . Vous profitez sereinement d’une soirée en famille !

Finalement, au cours de cette journée, vous avez pu gérer vos fuites en toute confiance et vous étiez plus sereine dans votre quotidien. Et n'oubliez pas quelques astuces : des protections adaptées et la confiance revient. N’hésitez pas à parler à votre médecin de vos troubles urinaires, si besoin des solutions existent.

 

Sources bibliographiques :

  • Lousquy R et al. Incontinence urinaire chez la femme sportive. Gynécologie Obstétrique & Fertilité, 2014 ; 42 : 597-603.
  • Rapport sur le thème de l’incontinence urinaire. Ministère de la Santé et des Solidarités. Avril 2007.
  • Mota RL. Female urinary incontinence and sexuality. Int Braz J Urol. 2017 ; 43 (1) : 20-8.
  • Mayo Clinic. Site internet. https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/urinary-incontinence/in-depth/bladder-control-problem/art-20046597
  • National Association For Continence. Site internet. https://www.nafc.org/bladderirritants/
  • University Hospital Southampton NHS Foundation Trust. Patient information factsheet « Bladder retraining for an overactive bladder ». 2016
Paramètres des cookies