Peut-être avez-vous déjà vécu ce genre de situations. Vous êtes en train de rentrer chez vous quand soudain survient une envie pressante d’uriner. Plus vous vous rapprochez de chez vous et plus l’envie est forte. Certaines femmes ressentent ces envies urgentes dans leur ascenseur, sur leur pallier ou devant leur porte d’entrée : on appelle même ce phénomène le « syndrome de la clé dans la porte ». Que se passe-t-il ? En fait, le cerveau déclenche le réflexe de miction trop tôt et l’envie se fait alors extrêmement pressante. Quand survient cette sensation désagréable et malvenue, on n’a qu’une envie : se précipiter aux toilettes. Mais cette tendance naturelle ne fait qu’aggraver les choses car le cerveau continue à envoyer des signaux à la vessie pour lui dire de se contracter et d’enclencher la miction. Dans ces conditions, difficile de se retenir le temps d’arriver aux toilettes et les fuites ne sont pas rares : Les envie pressantes d’uriner s’accompagnent donc souvent de quelques gouttes.

Si ces besoins pressants sont très fréquents (plus de 7 fois par jour ou plus de 2 par nuit) et entraînent des pertes urinaires, on parle « d’hyperactivité vésicale ». L’hyperactivité vésicale représente 20% des incontinences urinaires. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à aller consulter un médecin pour en discuter, car des traitements existent.

Le périnée à la rescousse des envies pressantes

Alors que faire dans ce genre de situation ? Il faut agir à l’inverse de ce qu’on a envie de faire, c’est-à-dire qu’il ne faut pas courir jusqu’aux toilettes, votre vessie sera plus rapide et c’est la fuite quasi-assurée. Le mieux est de rester immobile, assis de préférence. Si vous êtes en voiture, pensez à prendre une serviette éponge ou un chiffon dans votre boîte à gants : vous pourrez l’enrouler et la placer sur le siège pour exercer une pression sur le plancher pelvien. Cette technique permet de diminuer l’intensité du besoin urgent d’uriner. Faites également des contractions du périnée : contractez et relâchez les muscles de votre plancher pelvien, comme si vous étiez en train d’uriner et que vous vouliez stopper le jet. Recommencez jusqu’à ce que l’envie pressante disparaisse.

Un remède aux envies pressantes d’uriner : Divertissez le cerveau !

Autre astuce : fermez les yeux et pensez à autre chose pour que votre cerveau oublie votre vessie. Par exemple :

  • Comptez à rebours de 3 en 3 en partant d’un nombre élevé : 586, 583, 581, 578…
  •  Essayez de passer en revue des dates d’anniversaire de vos proches : le jour, le mois et l’année,
  • Trouvez le plus de noms de villes possibles qui commencent par une lettre précise. Paris, Prague, Perpignan… Après 3 villes trouvées, passer à la lettre suivante.
  • Imaginez que vous avez gagné au loto. Comment allez-vous dépenser ces 20 millions d’euros ?

Avec la pratique, vous pourrez augmenter progressivement la durée durant laquelle l’envie disparaîtra : une minute, puis 5, 20…

Consultez votre médecin pour déterminer les causes et trouver des solutions

Si vous ressentez souvent ces envies pressantes, vous souffrez peut-être d’une hyperactivité vésicale : n’hésitez pas à en parler avec votre médecin, des solutions existent. L’hyperactivité vésicale n’a en général pas de cause identifiée, même si parfois elle peut être une conséquence à une maladie (sclérose en plaques, maladie de Parkinson, diabète, infections urinaires à répétition, constipation, tumeurs dans la vessie…).

Enfin, si vous avez des fuites urinaires, soyez sûre de vous et portez des protections adaptées spécifiquement conçues pour cela. Elles permettront d’éviter que les fuites ne se voient : vous vous sentirez protégée et rassurée en toute discrétion.

Sources bibliographiques

  • Association française d’urologie. Brochure Incontinence urinaire en 7 points.
  • « L’incontinence urinaire en questions » du Pr François Haab, Pr Gérard Aramenco, Alain Bourcier. DaTeBe Editions, 2004.
  • Peyronnet B et al. Prise en charge de l’hyperactivité vésicale chez la femme. Progrès en urologie, 2015 ; 25 : 877-83.
Paramètres des cookies